Berenberg Bank

La Banque Berenberg est la plus ancienne banque privée d’Allemagne (1590) et la seconde plus ancienne banque du monde. En 2016, le nombre d’employés a cru de 13,1% pour atteindre plus de 1.500 personnes principalement en Allemagne, mais aussi à l’étranger. Dans le futur, la banque ambitionne d’accroître encore le « Wealth Management » et la gestion d’actifs (www.berenberg.de).

En 2017, la banque souhaite continuer à assoir sa position de conseiller pour les actifs complexes dans le domaine du Wealth Management et la gestion d’actifs. Le recrutement de Henning Gebhardt pour prendre la tête de ce département ainsi que la nomination David Mortlock (Investment and Corporate Banking) et de Christian Kühn (Bank Management)vont permettre à la banque d’être bien armée pour faire face à la croissance future.

En continuant à investir dans des ressources humaines de premier plan, la banque espère augmenter les actifs sous gestion, actuellement EUR 40,7 milliards, de manière substantielle.

En 2016, le département « Investment Banking » a encore gagné des parts de marché dans le « Brokerage ». A cet égard, la banque offre également aux clients ses services depuis son bureau de New York. La division Equity Capital Market a, en 2016, confirmé son excellente réputation en obtenant une part de marché de 97% dans les IPO et les opérations sur capital en Allemagne, Autriche et Suisse (en pourcentage de volume émis). De son côté, la division M&A a mené à bien un grand nombre de transactions importantes, renforçant ainsi sa position en tant que l’un des principaux conseillers financiers dans les pays germanophones.

En ligne avec sa politique de risque conservatrice, le Corporate Banking s’est concentré sur le conseil. A titre d’exemple, la banque a créé, et c’est une première, un fond qui investit, entre-autre, dans le financement de bateaux, démontrant qu’il est possible de créer des solutions intéressantes tant pour les clients que pour les investisseurs même dans des marchés difficiles.

Le marché en 2016 était caractérisé par un très grand degré d’incertitude, avec des acteurs adoptant une approche attentiste avant et après le Brexit, les élections américaines et le référendum en Italie. Cela a eu un impact sur les activités de trading et sur le marché des capitaux. A l’encontre de cette tendance, la banque a enregistré un résultat opérationnel impacté négativement par des charges non récurrentes et des investissements pour garantir l’expansion future. La vente de la majeure partie des intérêts dans Universal GmbH et la distribution de réserves de filiales, a permis d’augmenter les fonds propres et de dégager un résultat d’EUR 161 millions (non consolidé).

COMPTES NON-CONSOLIDÉS AUDITÉS

(en millions EUR)31/12/201631/12/201531/12/2014
Revenus financiers nets510423309
Actifs sous gestion (conso)40.70040.10036.100
Cost / income ratio63,9%72,2%85,7%
Résultat net16110440
Tier l245205219
Total bilan4.7164.7384.514
% de participation12,00%12,00%12,00%